La préservation des sites naturels face au tourisme de masse

0

On observe une tendance ces derniers temps : un frein au tourisme de masse, pour préserver certains sites naturels à l’écosystème fragile. Le flot de touristes est désormais contrôlé dans plusieurs paradis. Ceux qui privilégient le voyage découverte apprécieront…

Vers une limite des visiteurs aux Galápagos ?

Les îles Galápagos, un archipel de l’Equateur dans le Pacifique, accueillent un parc national et une réserve marine inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco. La faune y est unique. On y trouve notamment 28 espèces d’oiseaux endémiques, des tortues géantes, des iguanes terrestres et marins, des otaries, des baleines à bosse…

Le problème : l’affluence des touristes n’a cessé de croître, pour atteindre 245 000 visiteurs par an. Pour les autorités, c’est le maximum supportable… Elles songent même à inscrire cette limite dans la loi ! Et ce ne serait pas une première !

D’autres sites aux visites limitées…

Les autorités péruviennes ont limité à 2 500 le nombre de personnes pouvant visiter la cité inca du Machu Picchu chaque jour. C’est pourquoi il vaut mieux réserver un billet le plus tôt possible, afin de visiter ce site, également inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco.

Idem en Inde : depuis cette année, le pays restreint à 40 000 le nombre de touristes pouvant visiter chaque jour le Taj Mahal, afin d’assurer la sécurité du site, ainsi que celle des visiteurs. Le fameux monument de l’amour qui subit déjà les attaques de la pollution, supportait mal l’afflux des touristes (jusqu’à 70 000 par jour !). Alors mieux vaut peut-être opter pour un voyage hors des sentiers battus pour ne pas perdre son temps dans les files d’attente, au risque en plus, de ne pas pouvoir visiter les sites si les quotas sont atteint !

D’autres sites touristiques prennent d’autres mesures pour limiter les afflux de touristes, sans pour autant imposer des quotas. C’est le cas de l’Antarctique, où il est interdit d’accoster pour les bateaux qui transportent plus de 500 personnes. Et seulement 100 personnes peuvent débarquer à la fois… Quant à Venise, la Ville a présenté un plan pour éloigner les paquebots du centre-ville. Et l’on compte de plus en plus d’exemples dans ce sens… Le voyage en petit groupe à de l’avenir !

 

Partager.

Laisser un commentaire