Zoom sur l’éco tourisme en Provence

0

Ces dernières années, l’écotourisme connaît un développement remarquable. Et souvent, ce concept évoque des destinations aussi lointaines qu’exotiques. Inutile, pourtant, de partir au bout du monde pour expérimenter cette nouvelle façon de voyager. Cette année, vous avez choisi une location de vacances dans le Lubéron ? Vous allez pouvoir en profiter pour découvrir l’écotourisme en Provence !

L’écotourisme : qu’est-ce que c’est ?

L’écotourisme a pour vocation d’encourager un voyage responsable. Concrètement, l’écotourisme est axé sur la nature et sur les cultures traditionnelles. La protection de l’environnement et des espaces naturels est donc au cœur de cette nouvelle façon de voyager. La culture et les traditions locales ne sont pas en reste. L’écotourisme s’inscrit donc dans une démarche tout à la fois durable et écologique, en mettant l’accent sur l’expérience et sur l’apprentissage.

Vous avez trouvé une location de vacances en Provence ? Voici une belle occasion de tester l’écotourisme et de devenir véritablement acteur de votre séjour. Au programme : randonnées responsables, visite à la ferme, dégustation de vin…

L’écotourisme en Provence

Pour faire l’expérience de l’écotourisme en Provence, vous pouvez par exemple opter pour une location de vacances dans le Lubéron. En effet, le parc naturel régional s’est engagé depuis plusieurs années dans une démarche favorisant l’écotourisme. Bistrots de pays, fermes, musées et activité en pleine nature se sont ainsi développés autour de trois axes majeurs : le tourisme durable, l’œnotourisme et le géotourisme.

Les infrastructures locales vous permettent ainsi d’explorer le parc à pied, à cheval ou à vélo, sans nuire à l’environnement. Vous pouvez également vous lancer à la découverte des vignobles locaux ou encore remonter le temps en revisitant quelque 150 millions d’années d’histoire grâce à la géologie et aux fossiles.

Le parc naturel du Lubéron n’est d’ailleurs pas le seul engagé dans cette démarche : c’est également le cas des parcs naturels régionaux de Camargue, du Queyras, du Verdon et des Alpilles.

Partager.

Laisser un commentaire